Musée Grégorien profane

Musée Grégorien profane

Musée Grégorien profane

Le Musée Grégorien profane avait été fondé dans le Palais apostolique du Latran par Grégoire XVI Cappellari le 16 mai 1844. Il renfermait des produits des fouilles archéologiques pontificales menées dans la première moitié du XIXe siècle à Rome et dans les environs immédiats (Cerveteri, Véies, Ostie) ; on ajouta à ces pièces de nombreux objets qui se trouvaient jusque-là dans les dépôts de sculptures. Dans les années 1960, toutes les collections du Latran déménagèrent au Vatican, où fut inaugurée en juin 1970 une nouvelle aile muséale. Le projet architectural, que le pape Paul VI encouragea fortement, avait été confié à Vincenzo, Fausto et Lucio Passarelli. Le bâtiment était éclairé principalement par une lumière naturelle, qui se répandait par de grandes baies vitrées et des lanterneaux, l’espace étant dépourvu de divisions nettes. En effet, les diaphragmes entre les zones d’exposition sont souvent formés de grilles métalliques, auxquelles de nombreuses pièces sont accrochées, pour donner le plus de flexibilité possible à l’installation, qui privilégie les zones de provenance des pièces.
Le Musée Grégorien profane illustre plusieurs périodes et plusieurs thèmes de l’art classique, depuis la Grèce antique jusqu’à la fin de l’époque impériale romaine. Le parcours muséal débute par les sculptures de la section des originaux grecs, composée surtout de stèles funéraires, de bas-reliefs votifs et de fragments de sculptures architecturales. La visite se poursuit par des salles consacrées aux copies et aux réélaborations d’originaux grecs réalisées à l’époque romaine, qui comptent surtout des portraits et de la sculpture idéalisée. La sculpture impériale romaine occupe une place importante, dont témoignent des pièces de choix provenant d’édifices et de monuments publics et privés, ainsi que des portraits et des statues iconiques ; ces œuvres voisinent avec une collection abondante de sculpture funéraire (urnes, autels, sarcophages).