Musée Grégorien étrusque

Musée Grégorien étrusque

Musée Grégorien étrusque

Fondé par le pape Grégoire XVI et inauguré le 2 février 1837, ce musée fut un des premiers consacrés spécialement aux antiquités étrusques. Il renferme surtout des produits de fouilles découverts lors des campagnes menées au cours des années précédentes sur les sites de quelques villes très importantes de l’Étrurie antique, qui faisaient alors partie des territoires pontificaux. Entreront alors au musée d'autres œuvres qui étaient déjà parvenues au Vatican et qui ont une longue histoire au sein des collections.
Après la fin de l’État pontifical, en 1870, le musée ne s’est développé que de manière sporadique mais par groupes de pièces toutefois importants : la collection Falcioni (1898), la collection Benedetto Guglielmi (1935), la collection Mario Astarita (1967), la collection Giacinto Guglielmi (1987).
Les œuvres exposées ici témoignent de cet artisanat florissant et d’une civilisation artistique particulière. Elles permettent de suivre l’histoire millénaire du peuple étrusque, depuis l’âge du Fer (IXe siècle av. J.-C.) jusqu’à son aboutissement progressif et définitif dans les structures de l’État romain au Ier siècle av. J.-C.
La section consacrée aux antiquités romaines (Antiquarium Romanum) s’étend jusqu’à la fin de l’Empire d’Occident (Ve siècle apr. J.-C.) et renferme des bronzes, des verres, des ivoires, des terres cuites et des céramiques de Rome et du Latium, y compris de villes qui étaient autrefois étrusques comme Vulci.
Une célèbre collection de vases figurés grecs (mais retrouvés surtout en Étrurie), étrusques au sens propre et italiotes (produits dans les villes hellénisées de l’Italie méridionale), permet de parcourir l’histoire de la peinture antique.
Le musée se trouve dans le Petit Palais du Belvédère, celui d’Innocent VIII Cibo (1484-1492), dessiné par Pollaiolo, et dans l’Appartement de la Tour des Vents ; celui-ci fut construit par Pie IV Médicis (1559-1565), commencé par Michel-Ange et Girolamo da Carpi et terminé par Pirro Ligorio. On voit de l’intérieur le monumental escalier hélicoïdal de Bramante, commencé en 1512. On peut admirer dans les salles les cycles picturaux originaux du XVIe siècle, dont des fresques de Federico Barocci et de Federico Zuccari (1563), ainsi que de Santi di Tito et Niccolò Circignani delle Pomarance (1564). On y voit aussi de très intéressantes détrempes murales de la fin du XVIIIe siècle.