Fouilles de Saint-Jean-de-Latran

Fouilles de Saint-Jean-de-Latran

Fouilles de Saint-Jean-de-Latran

Les souterrains de Saint-Jean-de-Latran abritent les vestiges d’anciens bâtiments construits avant la basilique chrétienne.
Le terme Latran coïncide avec le nom de deux personnages de la Rome impériale : le premier, Plautius Lateranus, participa à un complot contre l’empereur Néron ; le second, Sextius Lateranus – son nom est visible sur un chapiteau sur le parcours – fut un ami de l’empereur Septime Sévère.
Au début de l’Empire s’élèvent ici des maisons de familles aisées, dont on peut encore admirer les peintures, les mosaïques, les marbres (y compris un escalier dont les marches sont en parfait état). Ces maisons ont été démolies en 193 apr. J.-C. quand Septime Sévère décida de construire la nouvelle caserne pour les Equites Singulares, l’armée de cavaliers qui servent de gardes du corps à l’empereur. Leurs logements étaient formés de petites pièces, dont on a encore des murs couverts d’enduit rouge, des seuils et les montants des portes. Une pièce au centre de la caserne servait au culte de l’empereur, ou mieux, de la partie divine présente dans sa personne, selon une conception religieuse qui était perçue en particulier par ceux qui protégeaient la personne physique des empereurs romains. Après la Bataille du Pont Milvius (312 apr. J.-C.), Constantin abolit le corps des Equites Singulares et il fit construire à cet emplacement la Basilique du Sauveur.
Plus récemment, lors de travaux de construction dans le complexe du Latran, de nombreuses pièces ont été dégagées de la terre qui les remplissait, ce qui permet aujourd’hui de les visiter.